Action culturelle au Biplan : Lecture des albums jeunesse qui ont inspiré Solo, spectacle jeune public de la Compagnie des Choses

Rencontre et lecture autour du spectacle Solo de la Compagnie des Choses

Une semaine durant, la Compagnie des Choses a été accueillie en résidence au Biplan pour répéter Solo, spectacle de marionnettes à partir de 7 ans.

Autours de ce spectacle joué les 19 et 20 février, nous avons souhaité proposer à 20 enfants encadrés par le Centre Social Marcel Bertrand une lecture et une visite pédagogique du Biplan.

Afin de préparer la venue des enfants prévue le vendredi 19 février dans le théâtre, Céline Dely et Julien Bouvard de la Compagnie des Choses ont souhaité les accueillir la veille sur le plateau pour leur présenter les 3 albums jeunesse qui ont inspiré le spectacle Solo : La petite casserole d’Anatole, de Isabelle Carrier ; Le Voyage de Solo de Miriam Koch et Frédéric de Léo Lionni.
Les lectures de ces trois albums jeunesse ont permis aux enfants de s’interroger sur l’acceptation de soi et la différence comme terreau de l’identité, des capacités et des qualités de chacun : des thèmes qui amènent à mieux appréhender le spectacle Solo.

Cette lecture s’est accompagnée d’une visite pédagogique du Biplan, afin de mieux comprendre le travail des artistes et des opérateurs culturels. Après des explications sous forme d’échange sur le principe de la résidence artistique et une rencontre des différents salariés du Biplan, les enfants accompagnés par le Centre Social Marcel Bertrand ont pu tester la console son et s’essayer à la régie sous les regards attentifs de Noémie Moal, chargée de développement pour la Compagnie des Choses, de Nicolas Acevedo, régisseur général au Biplan et d’Angéline André, médiatrice culturelle.

Forts de cette visite et des lectures, les enfants ont pu revenir le lendemain découvrir le spectacle Solo : une petite forme de marionnettes où La Petite, rongeur solitaire amoureuse des mots et de la lune entreprend un voyage initiatique à la recherche de son cahier de rimes.
Issue du monde d’en haut, un univers crépusculaire où des rats vulgaires travaillent à l’enfouissement des déchets, la Petite va s’aventurer dans le monde du dessous, peuplé de rats résistants, rescapés de laboratoires. Lors de ce voyage, elle fera les rencontres les plus drôles, marquantes et inattendues de sa jeune vie.

Sont abordés dans cette forme les problématiques de l’incompréhension entre les êtres actifs et les êtres contemplatifs et la place des hommes dans leur milieu.

Pour clôturer ces deux jours d’action culturelle autours de Solo, les enfants ont pu poser leurs dernières questions autours d’un petit goûter.

Vous pourriez aussi aimer

Laissez un commentaire